26 mai 2019 7 26 /05 /mai /2019 19:00

 

Mes guerriers tatoués d'hier

Où brûlaient des sarments

Leurs mélopées chantaient le monde informe

Chantaient le feu.

Quant à moi seul dans ma nuit

Je me couche en cercle autour de mon arbre

À sa lumière je me chauffe

Et je chante.

 

Un homme ni bon vraiment

Doux et diable ni méchant

Il a des mains comme on dit oui

Mots ouverts sur les mots amis.

 

Je chante un arbre droit qui brûle

De la cime aux racines un couloir est inscrit

Nourri de ses défaites et de ses pères

Morts et des chevaux morts sur la plaine

Il se hisse de l'ombre

Il se nourrit de ses fientes

Ses morts successives l'engendrent.

 

Sa fumée tient les mouches urticaires à l'écart de mes mains

Moi j'éloigne les rongeurs sournois

Moi je veille.

 

 

 

Jean-Pierre Charles

Poèmes qu'on jette aux vents

L'Ormaie, 1999

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté