23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 12:00

 

Plaine hongroise  son souci, un mont ;  
son église, un pieu ;  
son sol, un lait caillé profond,  
où tanguent des grès anguleux.  
 
Le Hongrois sa guenille, un drapeau ;  
son repas, le ravier :  
nous, nation cueilleuse de mauvaises herbes,  
la mort nous vient pieds nus et toute ravaudée ! 
 
Allons, poète ! Ta lune est morte ;  
ton ombilic est une corde ;  
tu claques des doigts, la ville est incendiée,  
ta plume sans toucher d’allumette, se met à fumer.  
 
Ô vous qui avez les nues pour ramée,  
Petits sureaux déguenillés  
sur la grand’route voyez filer  
l’exil muet des peupliers !

 

 

 

Attila József

Ni père ni mère

Traduit par Guillaume Métayer

Édition Sillage, 2010

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté