29 décembre 2018 6 29 /12 /décembre /2018 09:30

 

Toi, fiancée encore vierge du Repos !

    Toi, fille du Silence et du Temps patient,

Sylvestre historienne qui sais exprimer

    Mieux que nous l'harmonie d'un conte fleuri :

Quelle légende enluminée de feuilles entoure ton être,

    Emplie de dieux ou de mortels

        A Tempé ou dans les vallées d'Arcadie ?

    Qui sont ces dieux, ces hommes, ces vierges rebelles ?

Que signifient cette folle poursuite, cette fuite désespérée ?

    Ces flûtes, ces tambourins ? Cette extase sauvage ?

 

 

Les mélodies que l'on ne perçoit pas

    Sont plus douces ; alors, douces flûtes, jouez ;

Non pour l'oreille sensuelle, mais pour l'esprit

    Plus élevé, jouez des airs inaudibles aux humains :

Ephèbe sous les arbres, tu ne peux interrompre

    Ton chant ; les arbres ne perdront pas leurs feuilles ;

        Amant hardi, ton baiser restera suspendu,

Et pourtant tu es si près du but — oh, ne souffre pas ;

    Elle ne se flétrira jamais, même si ton bonheur t'échappe,

Toujours tu l'aimeras, toujours elle sera belle !

 

 

Ah, heureux rameaux ! qui ne perdez jamais

    Vos feuilles, qui ne direz pas Adieu au Printemps ;

Et heureux mélodiste, inlassable,

    Qui toujours lance des chants toujours nouveaux ;

Amour plus heureux encore ! Ô combien plus heureux !

    Pour toujours brûlant et encore inassouvi ;

        Pour toujours haletant et jeune à jamais,

Loin au-dessus de la passion aliénée des hommes,

    Qui laisse le cœur repu mais nostalgique,

        Le front brûlant et la langue fiévreuse.

 

 

Qui sont ces inconnus qui s'approchent du sacrifice ?

    Vers quel autel naturel, ô prêtre mystérieux,

Mènes-tu cette génisse qui hurle vers les cieux,

    Ses flancs parés de guirlandes ?

Quel village au bord d'une rivière, d'une mer,

    Ou sur une montagne, paisible citadelle,

        S'est vidé de ses habitants, en ce matin de fête ?

Ô village, tes rues pour toujours

    Seront silencieuses ; et pas une âme ne nous dira

        Pourquoi la vie ta déserté.

 

 

Ô forme attique ! Belle courbe ! Bordée

    D'un motif d'hommes et de vierges de marbre,

De branches épaisses et d'herbes foulées,

    Ô Toi, forme silencieuse, tu excèdes le figurable

Comme l'Éternité : Pastorale de glace !

    Quand l'âge perdra ma génération,

        Tu perdureras parmi les nouvelles douleurs

D'hommes nouveaux, amie, pour leur dire :

« La Beauté est vérité, la vérité est Beauté , — voilà tout

Ce que connaît l'humain et tout ce qu'il doit savoir. »

 

 

 

 

 

John Keats

Les Odes

suivi de La Belle Dame sans Merci

Traduction de Alain Suied

Arfuyen, 1994

 

 

 

 

 

 

Ode on a Grecian Urn

 

 

Thou still unravish’d bride of quietness !

    Thou foster-child of Silence and slow Time,

Sylvan historian, who canst thus express

    A flowery tale more sweetly than our rhyme :

What leaf-fringed legend haunts about thy shape

    Of deities or mortals, or of both,

        In Tempe or the dales of Arcady ?

    What men or gods are these? What maidens loth ?

What mad pursuit ? What struggle to escape?

    What pipes and timbrels ? What wild ecstasy?

 

 

Heard melodies are sweet, but those unheard

    Are sweeter : therfore, ye soft pipes, play on ;

Not to the sensual ear, but, more endear’d ;

    Pipe to the spirit ditties of no tone :

Faire youth, beneath the trees, thou canst not leave

    Thy song, nor ever can those trees be bare ;

        Bold Lover, never, never canst thou kiss,

Though winning near the goal— yet, do not grieve ;

        She cannot fade, though thou hast not thy bliss,

    For ever wilt thou love, and she be fair !

 

 

Ah, happy, happy boughs ! that cannot shed

    Your leaves, nor ever bid the Spring adieu ;

And, happy melodist, unwearied,

    For ever piping songs for ever new ;

More happy love ! more happy, happy love !

    For ever warm and still to be enjoy’d,

        For ever panting, and for ever young;

All breathing human passion far above,

    That leaves a heart high sorrowful and cloy’d,

        A burning forehead, and a parching tongue.

 

 

Who are these coming to the sacrifice ?

    To what green altar, O mysterious priest,

Lead’st thou that heifer lowing at the skies,

    And all her silken flanks with garlands drest?

What little town by river or sea shore,

    Or mountain-built with peaceful citadel,

        Is emptied of this folk, this pious morn ?

And, little town, thy streets for evermore

    Will silent be; and not a soul to tell

        Why thou art desolate, can e’er return.

 

 

O Attic shape ! Fair attitude! with brede

    Of marble men and maidens overwrought,

With forest branches and the trodden weed ;

    Thou, silent form, dost tease us out of thought

As doth eternity : Cold Pastoral !

    When old age shall this generation waste,

        Thou shalt remain, in midst of other woe

    Than ours, a friend to man, to whom thou say’st,

“Beauty is truth, truth beauty,—that is all

Ye know on earth, and all ye need to know.”

 

John Keats

 

 

 

Ode à une urne grecque

Estampe représentant le vase de Sosibios

réalisée par Keats

source : Wikipedia

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté