27 juin 2018 3 27 /06 /juin /2018 09:00

 

            Le saule monte haut pleureur au-dessus des pelouses du bord de la Sarre. Son tronc, qui grimpe en vrille vers le ciel, toise ceux des platanes nains soulignant le cours de la rivière. Dans ses feuilles qui descendent en cascade se mélangent les rumeurs montées du nom des rues qui vont au quartier Sankt Johann, Goethestrasse, Uhlandstrasse, Rückertstrasse, Heinestrasse, Lessingstrasse. C'est un vieil adagio de poésie ; et le saule-témoin en confirme le rythme et le ton, malgré, venue du ciel, la fiente des oiseaux, et, montée de la terre, l'urine des chiens du quartier chic. Dans la soirée qui peu à peu prend la couleur de la rivière, le saule ressemble à un poumon respirant l'humide tiédeur de l'été, l'écho de lointains bavardages, et quelque chose, on ne sait quoi, venu d'on ne sait où.

 

                                       Sarrebrück, bords de Sarre, ce 6 août au soir.

 

Gil Jouanard

Le goût des choses

Verdier, 1994

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté