6 février 2018 2 06 /02 /février /2018 11:09

 

Là-bas dans les lointaines

lumières ou les aciers encore vierges,

des tigres grands comme la haine,

des lions pareil à un cœur hirsute,

du sang comme la tristesse apaisée,

se battent avec l'hyène jaune qui prend la forme du couchant

      insatiable.

 

Ô la blancheur soudaine,

les cernes violacés de certains yeux fanés,

quand les fauves montrent leurs épées ou leurs dents

comme les battements d'un cœur ignorant presque tout,

hormis l'amour,

à découvert sur les cous, là ou l'artère bat,

où l'on ne sait si c'est l'amour ou la haine

qui brille sur les crocs blancs.

 

Caresser la fauve crinière

tandis que s'inscrit la puissante griffe dans la terre,

tandis que les racines des arbres, tremblantes,

sentent les ongles profonds

comme un amour ainsi envahissant.

 

Regarder ces yeux qui ne brillent que la nuit,

où un faon dévoré

projette encore sa minuscule image d'or nocturne,

adieu scintillant de tendresse posthume.

 

Le tigre, le lion chasseur, l'éléphant qui en ses défenses porte

    un doux collier,

le cobra qui ressemble au plus ardent amour,

l'aigle qui caresse la roche comme une dure cervelle,

le petit scorpion qui de ses pinces n'aspire qu'à opprimer un

    instant la vie ;

la chétive présence d'un corps d'homme qui jamais ne pourra

    être confondu avec une forêt,

ce sol heureux où des vipéraux perspicaces  font leur nid aux

    aisselles de la mousse,

tandis que l'impeccable coccinelle

s'évade d'une soyeuse feuille de magnolia...

Tout résonne quand la rumeur du bois toujours vierge

s'élève comme deux ailes d'or,

élytres, bronze ou conque sonore,

face à une mer qui jamais ne confondra ses écumes avec les

    tendres rameaux.

 

L'attente apaisée,

cette espérance toujours verte,

oiseau, paradis, faste de plumes intouchées,

invente les plus hautes ramures,

que les crocs de musique,

que les griffes puissantes, l'amour qui se cloue,

le sang ardent qui jaillit de la blessure,

n'atteindront pas, même si le jet se prolonge,

même si les seins entrouverts en terre

projettent leur douleur ou leur avidité vers les cieux d'azur.

 

Oiseau du bonheur,

oiseau bleu ou plume,

sur une sourde rumeur de fauves solitaires,

d'amour ou châtiment contre les troncs stériles,

face à la très lointaine mer qui comme la lumière se retire.

 

 

 

 

 

Vicente Aleixandre

Poésie totale

Traduit de l'espagnol par Roger Noël-Mayer

Gallimard, 1977

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté