27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 08:17

 

Ouvrir tout grands les bras
Quelque part au soleil,
Tourner, danser
Jusqu'à la fin du jour blanc.
Puis se reposer au soir frais
Sous un grand arbre
Tandis que la nuit vient doucement,
—  Sombre comme moi —
Voilà mon rêve !


Ouvrir tout grands les bras

Face au soleil,
Danser ! tourner ! tourner !

Jusqu'à la fin du jour rapide.
Se reposer au soir pâle...
Un grand arbre mince...
La nuit qui vient tendrement
   Noire comme moi.

 

 

 

 

Langston Hughes

Anthologie de la poésie américaine

par Alain Bosquet

Stock, 1956

 

 

 

 

 

 

 

Dream Variation

 

 

To fling my arms wide

In some place of the sun,

To whirl and to dance

Till the white day is done.

Then rest at cool evening

Beneath a tall tree

While night comes on gently,

    Dark like me,—

That is my dream!

 

To fling my arms wide

In the face of the sun,

Dance!  whirl!  whirl!

Till the quick day is done.

Rest at pale evening . . .

A tall, slim tree . . .

Night coming tenderly

    Black like me.

 

 

Langston Hughes

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté