20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 07:13

 

La « figuière » à l'écorce lisse, à l'entre-branches

Si tendrement blessé, je la caresse dans

Sa nudité d'hiver, quand la prime pâleur

L'éveille, lourde encor des phantasmes nocturnes.

 

Le soir, tard, je reviens auprès d'elle, dans l'ombre,

Et, pour la consoler de sa nuit solitaire,

Sur la gaine de bois où rêve l'oréade,

 

J'appuie la bouche et balbutie des mots obscurs.

 

Ainsi jour après jour, ainsi nuit après nuit,

— Assuré que les dieux ne meurent qu'en nous-mêmes —

J'attends qu'enfin s'émeuve en la chair de l'aubier,

Celle que j'aime et dont la blancheur me tourmente.

 

N'en finirai-je pas ? ô miracle ! ô printemps !

 

 

 

 

Louis Brauquier

Je connais des îles lointaines

La Table Ronde, 1994

 

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté