29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 08:47

 

Ce soir je pense

à la légende de l'Oiseau de Feu —

à son apparition des profondeurs

à son chant libérateur —

 

et tous parlent

du jeune prince,

du rêve des ennemis

et de son salut —

 

personne ne pense à l'arbre obscur

où l'oiseau est apparu

le premier soir —

personne ne pense à la vie de l'arbre

 

après ce soir

sans la flamme

des ailes magiques —

 

moi seule sais

combien l'arbre vit

d'attente et de nostalgie —

et voit autour de lui

les gens qui rôdent —

mais aucun habit bigarré

ne vaut pour lui

la splendeur

de l'Oiseau disparu —

 

l'arbre ne sait plus

pour qui il fleurit —

et pour chaque feuille qui naît

il se tord au tréfonds de ses fibres —

l'arbre ne sait plus

à qui offrir

son supplice printanier —

et attend la nuit —

la nuit noire sans étoiles ni fontaines —

l'heure de l'obscurité silencieuse —

quand des racines en profondeur

dans un ultime éclair aveuglant

surgira, affluera du tronc

jusqu'à la cime des branches —

son seul et unique bien —

le souvenir embrasé de l'Oiseau —

 

 

                    Mars-août  1933

 

 

 

 

Antonia Pozzi

La Vie rêvée

Journal de poésie 1929-1933

Traduit de l'italien par Thierry Gillybœuf

Arfuyen, 2016

 

 

 

 

 

 

Abozzo

 

 

Io penso questa sera

alla leggenda dell'Uccello di Fuoco —

al suo apparire nel folto —

al suo canto liberatore —

 

e tutti narrano

del giovane principe

e del sonno dei nemici

e della sua salvezza —

 

nessuno pensa all'albero oscuro

dove l'uccello apparì

la prima sera —

nessuno pensa alla vita dell'albero

 

dopo quella sera

senza più la vampa

delle ali magiche —

 

io sola so

come l'albero viva

di nostalgia e d'attesa —

e intorno veda

la gente che si aggira —

ma nessuna veste variopinta

vale per lui

lo splendore

dell'Uccello scomparso —

 

l'albero non sa più

per chi sia il suo fiorire —

e per ogni foglia che nasce

si torce nelle intime fibre —

l'albero non sa più

a chi offrire

il suo strazio primaverile —

e attende la notte —

la notte nera senza stelle senza fontane —

l'ora del buio silenzio —

quando dalle profonde radici

in un balenio estremo accecante

sorgerà correrà per il fusto

sino alla cima delle fronde —

unico bene suo —

il ricordo infuocato dell'Uccello

 

 

                    Marzo-agosto 1933

 

 

Antonia Pozzi

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté