23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 08:16

 

      C'est l'hiver, c'est encore l'hiver, dehors et sur cette page, et voilà que ce soir je rêve d'une autre saison, d'un autre paysage, et je me retrouve par la pensée dans une campagne tout éclairée de vert et de bleu. Pourtant, lorsque l'été revient, ou même ces journées vives de la fin du printemps, lorsque tout s'éveille, tout s'ébroue, tout éclate, je n'y tiens plus, je m'enfuis, je me recroqueville dans une chambre, très loin des autres et de leurs rires, en quête d'un coin de silence où je puisse enfin respirer. Et ce soir, la vieille pluie contre les vitres me devient insupportable, je rêve d'un chemin du mois de mai, il tourne, il s'enfonce dans un sous-bois, il bruisse d'insectes, il y a des noisetiers sans doute, c'est comme la nef d'une chapelle romane, très basse, mais tapissée de vert. Comme ce vert est bon, comme il est parfumé ! C'est un ruisseau de fraîcheur, et j'avance avec lui, sans savoir où je veux aller, avec de grands mouvements de bras. C'est absurde, c'est ridicule, je ne me promène jamais par ces chemins-là, le vert est beaucoup trop vert, il avale tout et l'on finit par ramasser une coquille d'escargot, un morceau d'écorce, juste pour se reposer les yeux. Mais le vert est devenu si magnifique dans mon rêve, je ne savais pas, je ne pouvais pas savoir à quel point il fallait que je m'approche de lui, que je le touche, que je le porte à mes lèvres. Je me demande comment j'ai pu faire, tant d'années durant, pour me priver de cette plénitude du vert, non pas du vert seulement, mais de ses innombrables nuances, depuis la feuille presque jaune de l'acacia jusqu'au bouquet sombre d'un chêne, et maintenant je crois que je ne voudrais plus m'en séparer. D'autant plus qu'il y a des trouées, des sortes de plages au milieu de cette houle verte, c'est le ciel, c'est un ciel bleu pâle qui se montre, qui se cache, qui s'insinue. Non pas le ciel implacable de juillet, qui éblouit, qui terrasse, mais un ciel de peintre florentin, un ciel de l'Angelico, et il bouge, le mien, il ne va pas se perdre dans des nimbes d'or, il ne cerne pas le profil d'un ange ou d'une Vierge. Il est tout neuf, on a dû le baigner tout au long de l'hiver dans des mousses subtiles de nuages, il a trouvé sa teinte la plus fine pour s'accorder avec ce vert qui le protège, qui me protège, alors que je suis seul devant les carreaux balafrés de pluie.

 

 

 

 

Claude Esteban

Janvier, février, mars

Farrago, 2006

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté