15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 09:10

 

Si tu me jettes des olives à la tête

une forêt naîtra sous mon crâne

afin qu'un jour tu t'y égares

comme une olive dans un dé à coudre

 

Dans la forêt il pleuvra des olives

qui connaissent le chemin de ma tête

ce chemin pavé de calcaires abattus

où la barbe d'un christ garde les ordures des passants

ce chemin que tu connais mieux que la flamme celui de la maison

mieux que le poisson celui de l'hameçon

mieux que le chien celui du chat

mieux que la chaleur celui du thermomètre

et mieux que le coureur celui du pavé

 

Mais tu es sourd et lâche comme une branche morte

et ta voix charrie des coquilles vides

Et les olives le savent bien

Elles montent elles glissent le long des hanches

elles recouvrent ta poitrine tes épaules ta tête

Que les olives t'étouffent

 

 

 

 

 

Benjamin Péret

Le grand jeu

Gallimard, 1969

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté