12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 07:27

  

                             — 5 —

 

 

Heureux les mots qui ne pourrissent pas,

mes vieilles sont en noir dans la terre

leur parole est dans l’arbre et dans l’étoile

avec le feu de leurs paupières.

 

Leur regard bleu  moins océan que ciel

nomme les choses d’ici-bas

disant l’immatérielle

muette beauté du pas :

 

Non pas la marche mais l’absence

le terrible creux de mort,

le silence

des bouches tendues vers le dehors

 

Criant avec l’ageasse

pour recréer le monde

à leur image et ressemblance

comme à la vie est pareille l’amande.

 

Ô cri dans le noyau sans écorce

 disons nuit si la mort est obscure

leurs mots bien vivants s’efforcent

d’ouvrir mes blessures :

 

Langage qui saigne à la proue, rouge-gorge

épanoui sur le cœur du vent

j’entends parler dans le maïs et l’orge

mes très morts, mes très vivants.

 

 

 

 

Lionel-Édouard Martin

Avènement des ponts

Tarabuste, 2012

lionel-edouard-martin.net

 

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté