15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 18:59

 

Mélèzes fins sur le ciel, fumée rousse
De bois mouillé, brouillard
Où naissent les lumières de la ville
Toujours plus proches de la forêt.
 
Faut-il reprendre le dialogue avec ce double
Déjà lointain, bouche de feuilles mortes,
Et qu’on retrouve à la terrasse d’un café,
Seul dans la nuit parmi les tables renversées,
Les chaises vides, les carrefours du vent ?
 
Je suis si las du dialogue avec les ombres,
Je donne tout pour un monde vivant,
J’aime la chambre douce aux visages amis
Près d’un feu de sarments limpide comme une rose.
 
Dehors pourront errer tous les sangliers noirs
Raclant le tuf de leurs sabots pourris d’averses,
Je resterai fidèle au feu, à la promesse,
Comme le jour sur le sommeil chante victoire.

 

 

 

 

Jean-Pierre Schlunegger

Œuvres

1968

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté