24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 09:54

 

               — 1 —

 

Je te salue grand arbre

après la pluie d’orage,

enfant nouveau, lavé

de parole et de cris :

 

la brise maternelle

t’apprendra d’autres langues

que ces remous d’argile

montés jusqu’à ta bouche

 

avec les mots des morts

tout cela qui s’écoule

en rivière de boue

vers le plus bas des mers :

 

d’autres langues, solaires,

feuilles vastes et vertes

et qui tirent du ciel

leur source et leur lumière

 

des langues angéliques

baptisées par le feu,

langues nouvelles, fruits

mûrs sans chute annoncée,

 

qu’éventeront les brises

aux gorges du feuillage

en respiration large

animée d’oiseaux tristes

 

de n’être pas des anges

investis de bleu tendre,

mais de simples oiseaux

miraculés de l’aube,

 

simples oiseaux mortels

sans langage absolu

sans commune mesure

avec cette parole

 

dictée à voix de mère

au plus pur de l’arbuste,

hermétique à l’averse

et aux voix dans l’humus.

 

 

 

 

Lionel-Édouard Martin

Avènement des ponts

Tarabuste, 2012

lionel-edouard-martin.net

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté