3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 17:38

 

   Les bois en hiver sont de légers voiles qui laissent filtrer la clarté des nuits : l’ocellement noir des boules de gui seul y interrompt la vue des étoiles.

 

   Je le savais bien ; pourtant me voici ce soir d’hiver à l’orée blanche de neige et, sur ce tertre assis, je vois nos arbres et j’ai le cœur serré.

 

   Celui-là tout proche, en avant et seul, ouvre dans la nuit des branches si fines que la voie lactée y tremble argentine, sauf que le gui noir y pose son deuil.

 

   Ma vie est un arbre ainsi constellé, laissant toujours voir le ciel à travers l’entrelacement des heures légères — sauf aux noirs jours de peine qui l’ont trop désolé !

 

 

 

 

Paul Fort

Les Nocturnes

Vers et prose : recueil trimestriel de littérature

F. Bernouard Éditeur, 1913 - 1

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté