12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 16:08
Il est bon que l'arbre vive plusieurs fois

L'arbre de novembre est à l'image d'un homme dans

      l'embarras

Qui se gratte vigoureusement la tête.

Ah ! la vie me cause de vives démangeaisons.

J'ai quarante ans déjà ; face à cette vérité, je suis en désarroi,

Le ciel est bleu comme l'écran d'un ordinateur

Le rayon de soleil éclaire d'une lumière étrange, comme

      sortie d'un projecteur,

Il prolonge l'ombre d'un bâtiment administratif du style

      romanesque de l'époque japonaise,

jusqu'aux arbres en bordure de la rue.

Sur cette ombre, l'arbre de novembre

Secoue sa vie prurigineuse.

Comment ai-je quarante ans ?

Tel un homme qui n'arrive pas à accepter sa maladie,

Même après la sortie de l'hôpital,

Je n'arrive pas à m'accepter.

 

L'arbre de novembre

Semble un malade qui veut vivre encore à tout prix, hideux.

 

Pourtant il est bon que l'arbre vive plusieurs fois.

 

 

 

Hwang Ji-U

De l'Hiver-de-l'arbre au Printemps-de-l'arbre

Cent poèmes traduits du coréen par Kim Bona

William Blake & Co., 2006

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté