7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 12:14

 

Ô père, ô frère, ô mère, ô morts, mes rameaux morts

Ô chemins terminés et brisés dans la nue,

Ô rameaux de mon arbre ! et sur ma cime nue

Vibre de tous ses nerfs, brille de tous ses ors

Un dernière feuille au dernier fil tenue.

 

À l'averse glacée, au grand vent survenu

Sous la cendre et le glas où novembre s'éplore

Contre les tourbillons du gouffre qui dévore

Elle maintient sa vie et son esquif ténu

Et sa tendre couleur de fleur qui vient d'éclore.

 

Puis soudain, ah !...

                               non rien...

                                                Dans le muet décor

Je ne vois d'elle que la place qu'elle a eue

Ô père, ô frère, ô mère, ô morts, ô mes morts,

Ô mes premiers pas étonnés dans l'avenue,

D'elle je ne vois plus que ciel et ciel encor !

 

                                                                      1961.

 

 

 

Lanza del Vasto

Le chiffre des choses

Denoël, 1972

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté