8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 18:29

 

Un arbre vaincu par la cognée,

Mordu par la scie et le rabot.

L’arbre avait encore assez de sève,

De moelle, de pulpe et de mémoire

Pour sentir gonfler ce noir printemps.

 

Ah ! plus de racine et plus de branche,

Ni bourgeon futur dans les entrailles,

Mais l’arbre, enfoncé sans pied ni tête,

Debout dans le sol et bras ouverts,

L’arbre avait encore assez de fibre

Pour sentir ces clous qu’on lui plantait,

Pour sentir brûler cette sueur,

Pour sentir saigner cette agonie,

Ô saigner comme un fleuve infini,

L’arbre avait encore assez de cœur

Et l’arbre sentit mourir Jésus.

 

Non ! ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai,

On dit ça pour faire poétique,

Mais l’arbre n’eut pas un tremblement.

Heureux de dormir dans son néant,

Le sang, l’agonie, il s’en fichait.

Le poteau n’eut pas un seul frisson.

Il régnait un calme universel

Et Jésus mourut sur du bois mort.

 

 

 

Norge

Poésies 1923-1988

Gallimard, 1990

 

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté