22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 11:39

 

Les amandaies

où je me rendais, enfant, nus-pieds,

ne sont plus : poussé par le vent chaud de la mer, le feu les a emportées.

 

Les troncs calcinés font encore entendre

de sinistres craquements  ̶  où nichait

l'invisible chant des cigales.

 

Terre cruelle, sur ta peau aride

je marquerai ma colère et mon désespoir

laissant au regard des hommes

ces souches sans plus de corps.

 

Pour replanter espérance et oliviers, le courage m'a manqué.

Mon sang, ma sueur, ne sont plus ta manne.

Vers la ville grouillante j'irai mourir

loin des gaules de bambou qui illuminaient mon enfance

et plus tard ont animé ma solitude l'été venu.

 

Mourir, et renaître,

ton corps est immortel,

et le mien.

J'irai colorier de gris le tronc des oliviers ;

les oliviers que je n'ai pas su planter.

 

 

 

 

Jean-François Patricola

Siciles

Alidades, 1997

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté