2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 19:18

 

L'oiseau de mai me lance un cri bref, aussi pur

que l'herbe des poulains au bord des eaux naïves.

Car l'âme habite au paysage de l'enfance

et ne peut le quitter sans vieillir. Qu'ai-je fait ?

Où est ma paix ? Où sont les matins d'excellence,

l'enfant pieux portant son Dieu dans la gaieté

comme une odeur de foin, la cerise à l'oreille ?

 

La saison bouge et je fais l'arbre, je m'étire

au creux du sol et dans le ciel. Éros est là

dans la racine aveugle où je buvais sans voir

l'amour exquis du temps que la mort ensauvage.

Amour et mort noués dans le même arbre, fait

immortel par le gland, le beau planteur qui plante

la force vive au sein de la force réelle.

Moi qui sonde la sève sous bois, je demeure

l'écolier du roncier rouge de nouveaux sens,

l'ouvrier du langage et l'émondeur qui taille

dans l'épaisseur des mots la jeunesse du verbe.

 

 

 

Henry Bauchau

Géologie

Gallimard, 1958

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté