4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 08:58

 

1.

 

Sibylle brûlée ; Sibylle tronc.

Tous les oiseaux sont morts, mais le dieu est entré.

 

Sibylle ivresse ; Sibylle aride.

Toutes les veines sont sèches : l'homme est ardent !

 

Sibylle absente ; Sibylle bâillement

du sort et de la mort ! Arbre entre les vierges.

 

Puissant arbre nu dans la forêt :

d'abord le bois bruissait dans le feu.

 

Puis, sous les paupières  fuite prise au dépourvu

le dieu a jailli en fleuves secs.

 

Et soudain, désespérée de chercher au-dehors :

cœur et voix découragés  en moi !

 

Sibylle sapience ! Sibylle voûte !

Ainsi l'Annonciation s'accomplit à cette

 

heure sans âge ; ainsi dans la grisaille des herbes

la virginité fugace, devenue caverne

 

pour une voix prodigieuse...

                                          — Ainsi en un tourbillon d'étoiles,

la Sibylle est absente des vivants.

 

 

                                5 août 1922

 

 

 

Marina Tsvétaïéva

Après la Russie

Traduit du russe par Bernard Kreise

Éditions Payot & Rivages, 1993

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté