29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 17:15

 

Pâle hêtre et pin bleu, plantés sur la même motte, branche à branche, ne pouvez-vous endurer la longueur de vos jours ! Quand les pluies glissent et bondissent, pourquoi souiller la douce camaraderie et laisser tomber sur le rameau voisin la goutte qui le flétrira ?

 

Cœur blessé, esprit infirme, accablé par la vie des villes, à ce bois je suis venu  comme à un nid ; je rêvais que la paix sylvestre à l'âme torturée donnait le repos et que la Nature allégeait l'inquiétude des hommes.

 

Mais une fois là, grandes et petites essences se révèlent aux hommes semblables — toujours en lutte ! Le sycomore heurte le chêne, les plantes grimpantes asservissent le jeune arbre faible, les cordes que tisse le lierre étouffent les superbes ormes.

 

Les coups du frêne, ô sorbier, te piquent comme le mépris, et vous, nobles houx, vous fuyez l'embrassement de l'épine. Les peupliers alignés, eux-mêmes, supportent mal une rivalité et se rongent de désespoir s'ils sont dépassés.

 

Et puisque je ne trouve nulle pitié à apprendre des arbres, je m'en reviens à ma race qui est digne d'eux. Là du moins, les sourires rayonnent, la parole vibre partout, et là je découvre parfois que la vie a ses loyautés.

 

 

 

Thomas Hardy

Poèmes

Traduction française de J. Fournier-Pargoire

Librairie de France, 1925

 

 

 

                      ♦

 

 

 

In a wood

 

 

Pale beech and pine-tree blue,

Set in one clay,

Bough to bough cannot you

Bide out your day ?

When the rains skim and skip,

Why mar sweet comradeship,

Blighting with poison-drip

Neighborly spray ?

 

Heart-halt and spirit-lame,

City-opprest,

Unto this wood I came

As to a nest ;

Dreaming that sylvan peace

Offered the harrowed ease —

Nature a soft release

From men’s unrest.

 

But, having entered in,

Great growths and small

Show them to men akin —

Combatants all !

Sycamore shoulders oak,

Bines the slim sapling yoke,

Ivy-spun halters choke

Elms stout and tall.

 

Touches from ash, O wych,

Sting you like scorn !

You, too, brave hollies, twitch

Sidelong from thorn.

Even the rank poplars bear

Illy a rival’s air,

Cankering in black despair

If overborne.

 

Since, then, no grace I find

Taught me of trees,

Turn I back to my kind,

Worthy as these.

There at least smiles abound,

There discourse trills around,

There, now and then, are found

Life-loyalties.

 

 

 

Thomas Hardy

Wessex Poems and Other Verses

1898

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté