9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 06:39

 

Peupliers et trembles. Dans la dernière clarté horizontale

    à cette heure où la feuille la plus haute, qui tout le jour

    était prise dans la rivière de brise invisible

        soudain se fige en un miel de silence.

 

Pourquoi toujours ai-je reconnu le soir ?

    Le soir n'arrête rien

    — si ce n'est ce court instant irrésolu où la terre,

    ayant cessé d'inspirer, retient son souffle

    avant sa longue expiration nocturne — 

    et tout à l'heure la chasse sera ouverte de toute dent,

    de tout œil, de toute griffe contre tout poil, contre tout sang.

 

L'Éternel

est un grand hibou au plumage de silence.

L'Éternel est une martre,

L'Éternel tue l'Éternel et se nourrit de son propre sang.

L'Éternel est ce qui n'a pas de sens,

n'a point de lieu, de nom, de temps —

 

Peupliers, trembles du soir,

    que j'ai aimé ces feuilles à deux couleurs

    entraînées pâles et sombres dans le courant de l'ample rivière invisible !

 

Tout à l'heure, la recherche de la chaleur, les grottes,

    les profondeurs de la nuit créée, la plongée

        vers les eaux souterraines, mais maintenant

    ce court arrêt, la largeur à peine d'un fuseau horaire,

        ailleurs meuglent les usines, les rotatives

    ici même aux fenêtres de grands express européens

        la matrone hollandaise entre Colmar et Mulhouse regarde

    Bolwiller tout éperdu dans un miel solennel.

 

Rien de réglé, rien de promis, le soir n'apporte rien.

    Ô confitures du quiétisme ! miel vénéneux à l'âme et pourtant

        le soir est l'image du pays natal

    le soir nous ouvre un pays ancien.

 

 

 

Jean-Paul de Dadelsen

Jonas

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté