29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 14:22

 

Ô Voyageur, mon Sang,

Découvre la blessure inouïe de la ville

 

Dans l'écho de tes pas

Enveloppé deux fois dans son manteau

Descends, par ses méandres et ses pavés gercés

 

Vacant, sous la poussée noueuse des ancêtres

Drague les fonds du ravin féodal

Car, sur la lèvre du temps

Rien ne fera plus tendre le baiser de l'aube

 

Ô Voyageur exténué

Coule ta cendre aux creux des porches

Ausculte ton courage

La raison des Barons

Et les mains des heurtoirs

Gantées de la poussière des ombres

 

Lors tu sauras

Pourquoi ton arbre est un cyprès.

 

 

 

Jean-Louis Depierris

Poésie 1, n°19

Septembre - octobre, 1971

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté