5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 20:06

 

Je suis né dans une forêt bleue

et ma mère m'a toujours dit

que j'étais l'arbre le plus triste.

Mon corps a pu servir

à tailler un violon, un peu difforme,

mais avec l'âme d'un enfant perdu.

On m'a mis, tout jeune,

dans une boîte, et je dormais

entouré d'un velours rouge vif.

Pour les grandes occasions,

mon artiste me couchait

sur sa clavicule

et là, à cet endroit

précis, mes souvenirs

de la forêt bleue

se réveillaient toujours.

Le public n'a jamais su

que sous tes doigts

coulaient les rêves

d'un tronc orphelin.

 

 

 

 

 

Shlomo  Reich

Le français est un poème qui voyage

Anthologie de poèmes francophones pour les enfants

de Jean-Marie Henry

Rue du monde, 2006

SG