5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 16:51

 

Dans les bassins du Trocadéro,

il n'y a plus d'enfants

l'aquarium est fermé

et les arbres, près du Musée de l'Homme,

sont maintenant

tout à fait nus.

C'est l'hiver

le moment de penser

qu'entre eux et nous

existe un lien très ancien de parenté

comme avec le poisson

ou le pigeon nacré ;

nous sommes de la même famille

nous appartenons à la même chaîne biologique.

Les arbres sont nos ancêtres

Les arbres sont en nous

Ils grandissent en nous

Nous qui pourtant avons depuis si longtemps

quitté les bois et les champs

et qui sommes venus habiter les grandes villes

Hommes-Arbres

nous ressentons en nous la montée de la sève

et la tristesse de l'effeuillaison

et même si nous ne savons plus vraiment

les reconnaître

les nommer

les appeler par leurs prénoms

nous les aimons

ils sont nos frères, nos amis

Pour eux

c'est nous qui nous faisons du souci

et s'ils meurent

nous mourrons aussi.

C'est pourquoi

désormais je prône

une alliance nouvelle

un internationalisme nouveau

une conception élargie

de la communauté humaine,

car

tout ce qui vit et respire

sur cette Terre est solidaire.

Et, devant l'Assemblée des Terriens réunis,

je soumets au vote une motion

pour la création d'une nouvelle

Internationale :

l'Internationale des Terriens

où les arbres seront admis

en auditeurs libres.

 

 

 

 

Francis Combes

La fabrique du bonheur

le dé bleu, 2001