15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 07:01

 

Je l'ai bien reconnu, mon arbre

il était rouge et tordu

il glissait en flammes alléchantes

il suffoquait en noir de fumée

il craquait avec un pétillement d'infarctus

il ressemblait peut-être à un cœur en perdition

mon arbre n'avait pas d'âge

il capitait comme un vieux bordeaux

il descendait majestueusement en escalier d'opéra

il sentait fort

et l'on criait parfois « sus à l'ennemi »

par la main assujettie sur la massue levée

mon arbre était sans doute chêne

sur l'ombre d'un roi dévoré de vermine

ou bien toute autre chose

par exemple une allumette ou un cadre biseauté

ou un cercueil ou une boîte à ressort

qui fait sortir le diable en quatre

 

 

 

Dominique Dieterlé

Poésie de Bretagne aujourd'hui

Anthologie de Max Pons

La Barbacane, 2002

SG