23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 07:28

 

Par deux fois, j'ai abouti à une forêt

Une fois, je m'abandonnais

aux compagnons de l'enfance

aux yeux où je lisais le secret, l'âge

les palmes frêles

aux mains avec lesquelles j'avais joué

aux habits trempés de boue, aux chansons rares

et voilà que j'avais abouti à une forêt.

J'ai revu alors les yeux où j'avais lu

fermés au ciel de l'enfance

les mains avec lesquelles j'avais joué

tenant en guise de bambous des matraques redoutables

et des fusils en guise de branches

Où sont passés les habits trempés de boue ?

Les chansons nous ont-elles quittés

quand les hymnes nous ont assaillis ?

Ô forêt de l'enfance

comment nous as-tu attirés à toi

et avons-nous fini seuls

cherchant entre les doigts une aire de dispute

et un emplacement pour les arbres ?

Par deux fois j'ai abouti à une forêt

Une fois, je m'abandonnais

aux compagnons de l'enfance

Une autre, à moi-même

 

                                                     16 décembre 1975

 

 

 

Saadi Youssef

Loin du premier ciel

Traduit de l'arabe (Irak)

par Abdellatif Laâbi et Jabbar Yassin Hussin

Actes Sud, 1999

SG