8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 06:40

 

Dormir à l'ombre d'un noyer rend fou

se répète le vieux qui sait cela depuis l'enfance

et que peut-être la folie

allait lui rendre la jeunesse

Il dort (C'est au pied de l'arbre

qu'on voit le dormeur)

 

Et c'est merveille qu'entre les feuilles

que le vent brasse

le vide prend la forme d'un oiseau

 

Et que l'oiseau grandisse

jusqu'à se confondre

avec le ciel immense

Autant dire disparaître.

 

 

 

Serge Wellens

Il m'arrive d'oublier que je perds la mémoire

Folle Avoine, 2008

SG