26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 16:35

 

Merci

je n'ai plus faim

ni soif

seulement l'envie

de m'éloigner à reculons

comme la mer dont chaque vague

est un geste de la main

et lentement

pour que mes yeux laissent des traces

plus durables qu'écriture

en vos regards traversés

d'éclairs

d'oiseaux

de phosphènes

 

Merci

car tout allait de soi

les viandes étaient tendres

les légumes cueillis du matin

le pain avait fini de cuire au soleil

et la lumière du vin

transformait vos visages en icônes

 

Un arbre s'était mis à table parmi nous

riant à gorge déployée

 

Ne m'oubliez pas vous que j'aime

vous avez tant à dire

que je n'ai plus guère le temps d'écouter

 

L'enfant m'attend

pieds nus dans une fourmilière

ou bien dormant sur une branche haute

ou bien crachant sur une pie

ou bien courant toutes ailes ouvertes

sur le mur du cimetière

ou bien que sais-je ?

                               Il y a si longtemps

la terre toute entière était belle

et dangereuse

comme un jardin mal clos

terrain de maraude et de braconnage

 

Pardonnez-moi

j'ai rendez-vous avec l'enfant

dont l'ombre fait encore

la course avec le vent

 

Pardonnez-moi

j'ai charge d'ombre.

 

 

 

Serge Wellens

La concordance des temps

Éditions Folle Avoine, 1986