11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 07:53

 

Viennent le printemps,

Les feuilles par milliers,

Le rire lisse des jeunes pousses,

Tous les oiseaux.

 

Jamais l'arbre n'est encombré,

Qui sait la mémoire équarrie du vent

Dans le vide de ses branches,

Les pas légers de l'ombre douce

Sur le vert mouillé de l'herbe.

 

Jamais l'arbre n'est encombré,

Pour que chante

La voix trempée de nos espoirs.

 

 

 

 

Philippe Mathy

L'atelier des saisons

Cheyne Éditeur, 1992

www.philippemathy.net

SG