12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 15:10
Un baobab

 

Un paisible et géant baobab.

 

C'était la dernière vision humaine

qu'emportaient les esclaves noirs de Gorée

avant d'entrer, presque à quatre pattes,

dans les réduits ouvrant directement sur

la mer, d'où ils partaient pour les Amériques.

 

Chaque fois que l'un d'eux mourait, dans

ses fers, à fond de cale, il poussait,

quelque part sur une savane d'Afrique,

un baobab.

 

 

 

 

Jean Orizet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Philippe Charpentier

Un baobab

philippecharpentier.com