8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 06:45

 

Sorbiers — non rouges encore,

non encore dans cette couleur

où ils évoluent en ardeurs tardives,

baies pour oiseaux, automne, mort.

 

Sorbiers — encore un peu blêmes,

pourtant regarde : déjà liés en bouquets

annonçant à mi-profondeur

les heures de l'adieu :

peut-être jamais plus,

peut-être cette dernière fois.

 

Sorbiers — cette année comme toujours :

en teintes d'abord ternes

puis en rouge

colorés pleins mûris offerts à Dieu —

 

mais toi, quand t'es-tu coloré,

quand as-tu été plein et mûr ?

 

 

 

 

Gottfried Benn

Poèmes

Traduits de l'allemand par Pierre Garnier

Gallimard, 1988

SG