5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:20

 

                (en route, de Vera-Cruz à Mexico)

 

 

 

Je regarde :

                    les voilà donc,

                                           les tropiques.

Je respire, à nouveau

                                    une nouvelle vie

 

Le train

             se précipite,

parmi les palmiers,

                             parmi les bananiers.

Leurs silhouettes  balais

se dressent comme des croquis nauséabonds :

 on les prendrait pour des prêtres,

on les prendrait pour des peintres.

partout,

             des faits à ne pas y croire :

de tout ce raffut, de toute cette merde

se détache

                 une plante  le cactus

tel un tuyau de samovar.

Et les oiseaux dans ce four

sont encore plus beaux que prévu :

par leur essence,

                          ce sont des moineaux,

sous mes yeux,

                        des paons.

Et avant que j'aie pu

                                réfléchir à la forêt,

la fièvre,

              la chaleur,

                              la journée,

la forêt et le jour ont disparu,

sans soirée

                  et sans avertissement.

Où les sillons de l'horizon ?

Toutes les lignes

                         ont disparu.

Dîtes

         laquelle est une étoile,

où sont

            les yeux de la panthère ?

 

Le meilleur trésorier

                                ne pourrait compter

les étoiles

                de la nuit tropicale,

tant les nuits d'août

sont comblées d'étoiles,

                                    une masse.

Je regarde :

                   ni clarté, ni sentier.

Je respire, à nouveau

                                     une nouvelle vie.

Et le train se précipite               

                                  à travers les tropiques,

à travers les odeurs

                                  de bananes.

 

 

                                                       1926

 

 

Vladimir Maïakovski

L'universel reportage

Traduction de Frédéric Deluy

Farrago, 2001

 

SG