16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 21:31

 

 

Arbres coincés

dans des masses de ciment.

Leur vert humilié

dévaste la lumière.

 

Il est des espaces si pleins,

si remplis, si lourds,

que le néant y prospère

mieux que dans le vide.

Arboles encogidos

en cuencas de cemento.

Su arrinconado verde

desbarata la luz.

 

Hay espacios tan llenos,

tan repletos, tan torpes,

que allí la nada medra

mejor que en el vacío.

 

Roberto Juarroz

treizième poésie verticale

Traduction de Roger Munier

José Corti, 2006

 

 

sans titre

Photographie : Claude Chambon

claudechambon-photobook.com