2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 18:50

 

Mon corps est engourdi

et je me meurs de froid ;

mon enfant est allé

couper du bois, hélas

et n'est pas revenu

 

Les palmes

ont séché

à la lueur

de la lune

 

Sur le foyer ardent

mon pot rougi éclate :

à l'aube au marigot

mon enfant est allé

et n'est pas revenu

 

Les palmes

ont séché

à la lueur

de la lune

 

Mon soleil s'est couché :

mon enfant est allé

derrière la colline

emporté par le vent

et n'en reviendra jamais plus

 

Les palmes

ont séché

à la lueur

de la lune

 

 

 

 

Étienne B. Noumé

Angoisse quotidienne

Le Flambeau, 1979

SG