19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 08:25

 

loin des arbres je tombais de visage en visage

des enfants incendiaires cherchaient des eaux sensibles

du sang montait jusqu'à l'argile on aurait dit

que leurs mains seules avaient encore de la lumière

 

plus personne ne traçait de croix sur les maisons

des pluies blanches sur terre tombaient obstinément

on aurait dit parfois qu'un jeune homme assistait

les lentes pendaisons des enfants du silence

 

je m'appuyais au ciel afin que nul ne tombe

j'ai vu en enfant-feu seul au milieu des arbres

qui cherchait des rivières encore obstinément

 

la nuit avait rempli ses poches de cailloux

l'arbre à feu s'éteignait et j'allais sur la lande

serrant sur ma poitrine la création du monde...

 

 

 

Tristan Cabral

Le passeur de silence

La Découverte, 1986

SG