9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 12:36

 

Dans l'arbre de mon corps c'est

lui qui sans relâche cogne.

Je ne l'entends pas, je sais

pourtant qu'il fait sa besogne.

 

Obstiné marteau-piqueur

du tronc et de ses ramures,

l'oiseau qui me sert de cœur

frappe le bois en mesure.

 

Je ne l'entends pas mais si

ma sève soudain s'éveille

le bruit du bec, sans merci,

résonne dans mes oreilles.

 

J'ai froid jusque dans les os

en songeant que s'évertue

en moi ce tranquille oiseau

qui me fait vivre et me tue.

 

 

 

 

Liliane Wouters

Changer d'écorce

La Renaissance du Livre, 2001

SG