8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 09:26

 

                              À don Cristobal de Mora

 

 

Toi arbre aux rameaux fortunés de qui

les nobles mûres sont écus royaux

teints dans le sang des loyaux capitaines,

non dans celui d'infortunés amants ;

 

sur ces terres tant dorées par le Tage,

tant honorées de ses eaux de cristal,

pair des sublimes palmiers tu t'élèves

plus haut que les lauriers ici dressés.

 

Ver à soie, que tes feuilles me nourrissent,

oiselet, que tes branches me soutiennent

et moi, pèlerin, m'abrite ton ombre !

 

Aux humains je tisserai ta mémoire,

taisant mon chant à la gloire d'autrui

et à ton temple vouant mon chemin.

 

 

                                                   1593

 

 

 

Luis de Góngora

Sonnets

Bernard Dumerchez, 2002

 

 

 

 

 

 

                             A don Cristóbal de Mora

 

 

Árbol de cuyos ramos fortunados
las nobles moras son quinas reales,
teñidas en la sangre de leales
capitanes, no amantes desdichados;

 

en los campos del Tajo más dorados
y que más privilegian sus cristales,
a par de las sublimes palmas sales,
y más que los laureles levantados.

 

Gusano, de tus hojas me alimentes,
pajarillo, sosténganme tus ramas,
y ampáreme tu sombra, peregrino.

 

Hilaré tu memoria entre las gentes,
cantaré enmudeciendo ajenas famas,
y votaré a tu templo mi camino.

 

 

                                                   1593

 

Luis de Góngora

SG