10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 07:32

 

Cette nuit je traversais une forêt en rêve.

Elle était pleine d'horreur. Suivant l'abécédaire

Les yeux vides, qu'aucun regard ne comprend

Les bêtes se dressaient entre arbre et arbre

Taillées en pierre par le gel. De la haie

D'épicéas, à ma rencontre, à travers la neige

Venait cliquetant, est-ce un rêve ou mes yeux qui le

     voient,

Un enfant en armure, cuirasse et visière

La lance au bras. Dont la pointe étincelle

Dans le noir des épicéas, qui boit le soleil

La dernière trace du jour un trait d'or

Derrière la forêt du rêve, qui me fait signe de mourir

Et dans un clin d'œil, entre choc et douleur,

Mon visage me regarda : l'enfant était moi.

 

 

 

 

Heiner Müller

Poèmes 1949-1995

Traduction par Jean-Pierre Morel

Christian Bourgois Éditeur, 1996

 

 

 

 

 

 

Traumwald



Heut nacht durchschritt ich einen Wald im Traum

Er war voll Grauen Nach dem Alphabet

Mit leeren Augen die kein Blick versteht

Standen die Tiere zwischen Baum und Baum

Vom Frost in Stein gehaun Aus dem Spalier

Der Fichten mir entgegen durch den Schnee

Trat klirrend träum ich seh ich was ich seh
Ein Kind in Rüstung Harnisch und Visier

Im Arm die Lanze Deren Spitze blinkt

Im Fichtendunkel das die Sonne trinkt

Die letzte Tagesspur ein goldner Strich

Hinter dem Traumwald der zum Sterben winkt

Und in dem Lidschlag zwischen Stoß und Stich

Sah mein Gesicht mich an: das Kind war ich.

 

 

Heiner Müller

SG