9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 07:35

 

Tristesse chuchotée des feuilles des potaches

de la maison de l'arbre octobre les détache

 

Dans le parloir du soir les feuilles sont causeuses

Sous le vent dans la blouse bat l'enfance frileuse

 

Les feuilles des platanes chutent dans l'air et glissent

tournant dans une odeur de terre et de maïs

 

Les lycéens au fond des cours

parlent à voix basse et ce n'est pas d'amour

 

Le soleil au bout du parc

dans les fantômes des bouleaux

met le bout rouge d'un mégot

 

Pour surveiller les écoliers

deux durs SS montent la garde

leur troisième Reich se lézarde

sous la poussée des fusillés.

 

 

 

 

 

Jean Pérol

Œuvres complètes

Poésie 1   1953-1978

Éditions de la Différence, 2009

SG