10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 16:58

 

Tant de troncs coupés par qui ?

L'animal effarouché

au premier coup de hache a fui.

 

Son beau pelage de sciure

luit le soir sur les rochers

à l'heure où la mort met de l'ordre

 

dans l'axe noir des pliures,

dans la bouche prête à mordre

qui veut s'en rapprocher.

 

 

 

 

Didier Pobel

Bacchanales n°47 - novembre 2011

Revue de la Maison de la poésie Rhône-Alpes

dpobel.over-blog.com

 

SG