18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 16:56

 

Un arbre et puis un arbre et puis

le froid

 

je ne veux plus que cet aveugle

me guide

 

comme on est seul

quand on marche depuis toujours

 

un arbre et puis

pas même un arbre, une distance

 

d'autres, je les aimais,

sont loin.

 

 

   

Claude Esteban

Morceaux de ciel, presque rien

Poèmes

Gallimard

SG