11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 07:13

VI

 

Un rêve cette nuit a pris ma main, a fait

    sous mes yeux affaiblis croître une plante, et je voyais

        l'arbre du temps poussé sur la terre féconde

 

avec à la naissance de chacune de ses branches

    une cicatrice mortelle, dont pourtant il n'avait pas péri,

        nourri comme il l'était de ses blessures.

 

Un vieillard près de lui me ressemblait, qui semblait

    l'avoir vu grandir et me disait : de tout cela,

        si tu souhaites cueillir les fruits, tu dois répondre.

 

 

 

Jean-Yves Masson

Neuvains du sommeil et de la sagesse

Cheyne Editeur