1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 06:01

 

Aux trois cyprès de la colline

Qui se dressaient dans le couchant

À cette heure où le ciel incline

Son ombre rose sur les champs,

      J'ai dit, j'ai dit ma peine,

      Mais je l'ai dite à peine...

 

Aux trois cyprès de la colline

Écoutant la brise du soir

Qui les berce et qui les câline

D'une complainte sans espoir,

      J'ai dit, j'ai dit ma peine,

      Mais était-ce la peine ?

 

Aux trois cyprès de la colline

(Bah, ces arbres-là sont discrets !)

De ma charmante Rosaline

J'ai vanté les tendres attraits

      Et dit que la vilaine

      Cause et raille ma peine...

 

Ne croyez pas que je dirai

Ce que m'ont dit les trois cyprès !

Ce n'est plus pour ma Rosaline

Que je rêve sur la colline :

      J'aime une autre vilaine,

      Et c'est une autre peine...

 

 

 

Jean Berthet

Poèmes incomplets

Firmin-Didot, 1979

SG