13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 06:06

 

De la main du jardinier

grandit un chêne

parce que son fils n'a pas su

aller plus loin que ses jeunes années

 

des paroles du voyageur

grandissent des prières

parce que sa femme n'a pas pu

continuer ce qu'ils avaient commencé

 

l'un est resté, a planté

des monuments de feuilles et de bois

l'autre est parti, a rencontré

des monuments de bois et de pierres

 

tous deux réapprirent l'alphabet

ils avaient perdu le nom

de celui, de celle qui s'était éloignée

 

et l'écho, parfois, répondait quelque chose

 

 

 

 

Yvon Le Men

Le jardin des tempêtes

Flammarion, 2000

SG