1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 06:12

 

Je voudrais cultiver une chênaie comme abri,

au bord du chemin toujours vert,

chaque arbre se raidirait

pour résister aux intempéries ;

les branches fermes s'étendraient

avec la même certitude que tes cuisses

émergent du tronc de ton corps,

près duquel je repose épuisé.

Le feuillage, à la belle saison, foisonnerait

comme les rameaux de ta chevelure,

chaque boucle épouse ta forme

depuis le tendre front jusqu'à la taille ;

les troncs majestueux se dresseraient

vers la lumière et le vent,

comme ton corps se tourne

vers le soleil avec l'ondulation d'une rivière.

Mon cœur serait un gland

sur le chemin toujours vert,

et à la chute des graines

je souhaiterais tomber à tes pieds ;

je vivrais deux mille ans

comme une noix dans ta réserve forestière,

ou, si tu me laissais prendre racine,

je pousserais entre tes mains.

 

 

 

 

Liam Ó Muirthile

Anthologie de la poésie irlandaise du XXe siècle

par Jean-Yves Masson

Verdier, 1996 

 

 

 

                     

 

 

   

An bóthar síorghlas

 

 

D'fhásfainn doire fothana

ar an mbóthar síorghlas,

is gach crann teann ann

buanseasmhach in aghaidh anró ;

shínfeadh na géaga tréana

leis an dtéagar céanna

go leathann do cheathrúna

ód chabhail is mé ar sileadh leo.

Bhead an duilliúr sa tséasúr

chomh hiomadúil led chraobhfholt,

is gach dlaoi ag luí go dlúth

ó bhaithis chaithiseach go com ;

d'ardódh na homnaí maorga

ar thóir solais agus gaoithe,

mar a ghluaiseann do chorp

in aghaidh gréine le cuar na habhann.

Dhéanfainn dearcán dem chroí 

ar an mbóthar síorghlas,

is gach tráth síl bheinn ag tnúth

le titim faoi do bhráid ;

mhairfinn dhá mhíle bliain

mar chnó id chnuasach coille,

nó dá ligfeá dom préamhú 

phéacfainn id dhá láimh.