30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 06:12

 

Reproche ou louange, je ne sais,

d'aucuns ont noté devant moi-même

combien je soigne mon jardin.

Il faut en convenir. Je m'en occupe assez.

Je cultive ce jardin. Une olivaie.

Des balcons à longues ramures

et des fenêtres suspendues

au-dessus de l'horizon ou en trompe-l'œil.

Les vents y entrent apportant leurs nouvelles.

Ils en sortent en emportant les miennes.

Ou tombent en chemin et se perdent.

La voix de mes amis lointains

me manque je l'avoue. Mes mots

ne se portent que vers les oliviers

et leur va de même chacun de mes soins. Je reçois en échange

ce que disent les branches

et l'offrande saisonnière.

Cela est de sens.

 

 

 

 

Zef Skirò Di Maxho

Anthologie de la poésie albanaise

par Alexandre Zoto

Éditions Comp'Act, 1998