9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 06:08

 

Lumière, quand je viens sous l'arbre renaissant

   avec mes seules pensées de songe, es-tu plus faible ou plus limpide,

     ou bien ce rouge en toi qui saigne est-il le fruit

 

d'une louange téméraire ? À quels mots te dérobes-tu,

   à quels mots te donnerais-tu si ma langue n'était pas celle

     d'un peuple riche en morts, comblé de biens ?

 

Lumière qui consens et qui refuses, qui bruis sans fin dans l'ombre

   de l'arbre dont je fus épris dans ma jeunesse, tu as gardé

     le secret que je porte encore et que même lui ne connaîtra pas.

 

 

 

Jean-Yves Masson

Neuvains du sommeil et de la sagesse

Cheyne Éditeur, 2007  

commentaires