18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 13:02

 

Les arbres timides et forts

La nuit parlent à voix haute

Mais si simple est leur langage

Qu'il n'effraie pas les oiseaux

 

Près du cimetière où les morts

Remuent leurs lèvres de cendre

Le printemps en flocons roses

Rit comme une jeune fille

 

Et parfois comme le cœur

Prisonnier du vieil amour

La forêt pousse un long cri

En secouant ses barreaux

 

 

 

 

Marcel Béalu

Chemin Marqué

Rougerie, 2000

SG