13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 06:08

VII

 

Arbres danseurs dans le matin qui vient, arbres chargés

  de vos feuillages de promesses et de dons, je me tiens face

    à vous comme au délire des ménades,

 

immobiles servants de la vigueur qui se retire

  de vous quand vient l'hiver mais qui vous hante,

    livrés au vent qui vous enchante et qui vous tord

 

et vous invente en formes extasiées dans l'onde

  du temps où vous marchez, dansez, prenez de l'âge,

    et ne quittez jamais les rives du sommeil.

 

 

 

Jean-Yves Masson

Neuvains du sommeil et de la sagesse

Cheyne Éditeur, 2007

SG